49 Antenne du Maine-et-Loire

BALADES AUTOUR DE LA LOIRE : MONTJEAN-SUR-LOIRE (18/05/2014)

Le soleil était au rendez-vous pour cette journée que l'antenne GCU 49 avait préparée sur les thèmes de la Loire et de Montjean.

La matinée a été consacrée à visiter le centre environnemental « CAP LOIRE ». Une visite commentée de « CAP LOIRE », c'est explorer l'univers de la batellerie ligérienne, son histoire, ses techniques, l'évolution des bateaux de Loire et ses activités variées mais aussi faire connaissance avec certains et certaines de ces mariniers, au travers de témoignages souvent émouvants. Montjean fut un port célèbre autrefois siège d'une intense activité.
Après un bref historique, la visite de la salle d'exposition permet de se familiariser avec l'environnement, les outils, les activités, les trajets empruntés. Qui d'entre nous savait que l'on produisait de l'huile d'arachide dans les environs de Laval (Mayenne) ? Par contre on n'a pas été surpris par la raison du développement du vinaigre à Orléans ! La culture et l'activité de transformation du chanvre sont détaillées par de nombreuses vues et vidéos. Enfin la région a aussi été le centre d'une intense activité autour de la chaux : mines de charbon, extraction du calcaire, fabrication de la chaux dans de nombreux et superbes fours (que l'on peut encore voir et qui sont classés) et transport par voie fluviale, en particulier vers la Bretagne, pour amendement des sols.
Enfin la visite se termine par une visite d'une ancienne péniche totalement remise en état, classée monument historique. On y découvre l'habitation, le matériel de navigation, les moteurs et dans les soutes, des vidéos et photos anciennes accompagnent les commentaires de mariniers et de leurs épouses.
Bref, une visite à ne pas manquer si vous passez dans la région et, éventuellement, elle peut faire l'objet de développements sur la faune et la flore de Loire à usage des enfants et adultes, y compris des classes vertes !

Il nous fallait un bon repas pour nous remettre de cette visite : un restaurant en bordure de Loire nous a accueilli avec gentillesse pour un repas fort agréable.

Le temps d'une petite promenade digestive, nous nous sommes ensuite dirigés vers la cale d'embarquement de la « Ligériade », bateau de mini-croisière sur la Loire. Embarquement pour une croisière d' une heure et demie pilotés par un capitaine pittoresque qui est en même temps l'un des derniers pêcheurs professionnel sur la Loire. Balade très agréable avec des commentaires de notre pilote très instructifs, passionnants  agrémentés d'humour et d'anecdotes amusantes.

Bref, une belle journée ensoleillée sous le signe de la Loire.

 

L'ANTENNE DU G.C.U. 49 EN SAUMUROIS

Jeudi 10 octobre, 10 heures  45 CU se sont retrouvés sous un beau soleil d'automne à l'accueil de L'Ecole Nationale d'Equitation à Saumur pour assister à une présentation publique.

Le Cadre Noir, qui regroupe l'ensemble des professeurs de l'Ecole Nationale d'Equitation propose, lors de présentations publiques, d'assister dans le grand manège au travail des écuyers du Cadre Noir. Ce travail prépare hommes, femmes et chevaux aux présentations et galas qui sont programmés partout dans le monde.

     

L'ensemble des exercices est commenté de manière utile et agréable par un écuyer permettant ainsi de découvrir et apprécier le travail de dressage du cheval à l'obstacle, aux longues rênes, le travail des sauteurs et les présentations d'équitation académique. C'est vraiment un moment inoubliable dédié à l'équitation à la Française, complété ce jour là par un travail d'acrobaties équestres exécuté par une jeune écuyère.

                                                                           

A noter que l'UNESCO a inscrit l'équitation de Tradition Française et le Cadre Noir (les majuscules sont officielles !) au patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Eblouis par ce spectacle et par le soleil, nous avons suivi un jeu de piste bien involontaire (pour cause de travaux!) pour rejoindre le restaurant des fouées troglodytiques des Caves de Marson. Pour ceux qui ne le savent pas encore, les fouées sont une spécialité régionale du Val de Loire, petites boules de pain cuites au four et fourrées encore chaudes, de rillettes, beurre salé et mogettes !

                                                        

Une bonne petite promenade autour de Rou-Marson et son château était bienvenue pour clôturer cette belle journée organisée par nos amis saumurois (merci Nadine!).

Chacun est reparti les poches bourrées de châtaignes de taille respectable, qu'elles soient de l'ENE (que de beaux châtaigniers !) ou de Rou-Marson !

RÉUNION ANNUELLE DE L'ANTENNE

La réunion annuelle de l'Antenne aura lieu le mercredi 17 avril à Angers.

Vous pouvez consulter l'invitation en cliquant ci-dessous :  

                 

Deux sorties en Saumurois

Deux sorties sont prévues le 9 juin et le 10 octobre.

Tous les détails en cliquant ici :    

               

 

LA JOURNÉE "MINE BLEUE" DU 7 OCTOBRE

C'était sûr, on nous l'avait bien dit et nous l'avions vérifié : le premier dimanche d'octobre, il fait toujours beau en Anjou.
Eh bien, pas cette année : la faute à "Nadine", l'anticyclone qui s'est attardé sur le sud et n'a pas repoussé les nuages qui traînaient sur Noyant-la-Gravoyère, puisque c'est là que nous nous étions donné rendez-vous, ce dimanche 7 octobre afin de visiter cette fameuse "Mine bleue".

Heureusement, les 25 participants sont arrivés bien tranquillement, de bonne humeur et certains ont même ajouté : "pas de problème, nous serons sous terre !"
Curieuse, cette mine d'ardoise (d'où le nom de mine bleue) : on y accède par un funiculaire qui descend à 136 mètres sous la surface du sol, après avoir bien pris soin de se couvrir d'une charlotte et d'un vrai casque (regardez comme nous sommes beaux sur la photo !). Grilles de protection, "liftier" et hop, nous voilà en bas. Température un peu « fraîche », mais agréable. Là, un petit train électrique de l'époque (le même que celui que prenaient les mineurs au moment de l'exploitation) avec des wagonnets minuscules où nous nous sommes entassés : il faisait moins froid !

Après quelques minutes de trajet, nous voici arrivés dans une grande "cathédrale" où nous attendait une charmante mineu...au fait comment dit-on : mineuse ? Non, le mot a dû être inventé car les femmes n'étaient pas admises au fond ! Le temps de choisir trois "parageots" (c'est celui qui protège son "geot" : logique, non ?). Nous, on a eu une parageotte, n'est-ce pas, Arlette ?
Trop compliqué de rentrer dans le détail des méthodes de creusement, d'inclinaison de couche etc... Ce qui apparaît, c'est l'extrême difficulté de ces métiers : creuser, charger, rouler, tout cela dans un vacarme assourdissant de pics, puis marteaux-piqueurs, dans une poussière mortelle (silicose) dont se protégeaient les mineurs en laissant pousser la moustache qui servait de filtre (véridique !). On comprend qu'ils aient usé et abusé de la "postillonne", boisson faite à 60% de calva, 35% de vin blanc et du café ! Quand ils en buvaient un peu trop, ils ne pouvaient s'empêcher de postillonner, d'où le nom ! La coutume était que les mineurs étaient payés deux fois par mois : la première, la paye passait dans la tournée des bistrots, nombreux à l'époque, mais qui appartenaient en quasi totalité au patron… et la deuxième moitié était remise à la femme.

Cette mine a été exploitée jusqu'en 1936 puisque les mineurs sont partis en congés et ont trouvé la mine fermée à leur retour : déjà la concurrence faisait rage et l'ardoise d'ici ne pouvait pas concurrencer celle de Trélazé, de meilleure qualité, ou celle d'Espagne bien moins chère !
Retour par le même chemin, nous déposons nos casques, et direction la «cabane des mineurs » pour une collation bienvenue.
Puis, démonstration de "fente" d'ardoise puisque c'est ainsi que s'appelle l'opération consistant à fabriquer des ardoises de taille et forme variées par une technique de clivage particulièrement impressionnante : partir de la "perdue" (énorme bloc sorti de la mine et distribué aux différents fendeurs) pour en arriver à l'ardoise que vous connaissez nécessite force, habileté et technicité ! Aujourd'hui, nous sommes initiés par une fendeuse dont la dextérité et l'enthousiasme à faire partager son métier nous ont subjugués. Beaucoup de questions lui ont été posées pendant qu'elle nous faisait déguster la "postillonne", mais celle-là très allégée !
Quelques pas autour de la "butte des fendeurs" et des animations associées nous ont permis de terminer fort agréablement cette journée tout à fait particulière.

                                                       

SORTIE DU 16 OCTOBRE 2011

Il est 10 heures à Montsoreau lorsque quelques voitures se garent sur le parking face à la maison de la Loire.
Une légère brume estompe la Loire et la Vienne, adoucissant les contours du château et laissant présager une belle journée ensoleillée. 25 marcheurs se préparent à entreprendre une randonnée entre les coteaux de Montsoreau et le confluent des deux fleuves.
 
Nos amis C.U. de Saumur nous ont préparé une balade pleine de découvertes : points de vue, maisons troglodytiques, jardins et fleurs. Ça « historise », ça « papote », ça photographie à tour d'appareil et tout cela sous le soleil, jusqu'au magnifique point de vue sur le confluent de la Loire et de la Vienne qui s'offre dans toute sa majesté !
Retour vers le parking et changement de tenue pour rejoindre le restaurant « La Gabelle » à Pernay non sans avoir admiré au passage les quais de Montsoreau et deux superbes gabarres au fil de l'eau. Quelques personnes nous ont rejoints, et nous allons déguster coq au vin et nougat glacé après avoir siroté notre Kir royal pendant que notre président prononce quelques mots d'accueil et de remerciements.
Juste le temps de terminer notre café et nous voici en route vers l'Abbaye Royale de Fontevraud.
 

 

 
Si vous ne connaissez pas ce joyau historique et architectural de cette région, profitez vite d'une journée libre pour y déambuler. C'est ce que nous avons fait, sous la conduite d'une guide aussi charmante que passionnée, qui nous a raconté (ou rappelé) l'histoire de ces lieux.
 

 

Abbaye mixte, dirigée par des abbesses exclusivement, elle a ensuite accueilli des prisonniers jusqu'à une époque récente (début des années 1960) période durant laquelle elle a été for tement dégradée. Reprise par les autorités départementales et régionales, elle a fait l'objet de restaurations extraordinaires pour en faire aujourd'hui un lieu où l'histoire ancienne rejoint la culture moderne grâce à de nombreuses manifestations de types variés. Nous n'oublierons pas une ouverture toute particulière vers les enfants grâce à des parcours ludiques mêlant architecture, vie et histoire.
Un grand merci encore aux organisateurs de cette superbe journée, à laquelle les absents ont eu tort de ne pas participer !
Et rendez-vous pour la prochaine sortie commune prévue en mai 2012 à Terra Botanica à Angers.